Réalisation sur les logiciels Shark FX et Carrara

La visionneuse 3D, un objet en bois technologique

Le bois est une matière vivante et chaleureuse que l’on retrouve indéfiniment dans nos intérieurs. De nos meubles à la conception même de nos bâtiments, il se décline en une multitude de formes et d’emplois. Pourtant, avec le boom des appareils de nouvelles technologies, cette matière se fait de plus en plus rare dans notre quotidien. Effectivement, les objets high-tech privilégient des matières comme l’aluminium ou encore le plastique. Rendement et efficacité sont ainsi devenus les maîtres mots des fabricants, délaissant alors cette matière unique qui est le bois. Cependant, en étudiant de plus prés l’histoire de cette matière, on peut voir à quel point celle-ci joua un rôle important dans l’évolution des objets de nouvelles technologies. N’oublions pas, par exemple, que les premiers téléphones étaient en bois !

Aussi, durant nos cours d’informatique, nous avons étudié un objet alliant à la fois « high-tech » et « bois ». Il s’agit de la visionneuse 3D, appelée aussi stéréoscope. Cet appareil permettait alors de reconstruire une simple photographie en trois dimensions. Inventée en 1838 par un certain Charles Wheatstone, cet objet fut sans cesse amélioré, jusqu’à la forme que nous lui connaissons aujourd’hui : un boîtier en bois, deux oculaires, un système de mise au point, et un verre dépoli. La Belle Époque, cette période d’optimisme, de progrès social, et d’insouciance même, constitue un véritable tremplin pour les stéréoscopes. Ils deviennent un accessoire indispensable pour les nombreux amateurs adeptes de la stéréoscopie. Dans le même temps, le design s’améliore, l’objet devient nomade, la production s’accroît et laisse de côté les jolis détails de l’ébénisterie de jadis… Si l’on rencontre des modèles en bois jusque dans les années 1940, les années 50 marquent un tournant. Souvent de fabrication américaine, les stéréoscopes s’habillent de plastique avec un boîtier en matière moulée. Le design reste sensiblement le même, mais les stéréoscopes plus modestes et même bon marché apparaissent. Le bois est définitivement laissé de côté pour laisser place à des objets tout en plastique, y compris les lentilles ! Pour revenir à notre étude, nous avons étudié une visionneuse datée de 1915, avec une photographie de la bataille de Verdun. Nous l’avons représenté en 3D sur le logiciel Shark FX, puis, effectué un rendu définitif de l’objet sur le logiciel Carrara.

Ci-dessous, une gallerie présentant différents travaux d’étudiants sur ce même objet.